vendredi 18 janvier 2013

Smart Marketing

C'est intéressant, car pour des raisons qui me sont propres, je "suis" actuellement le twitter de Benjamin Ebel, http://twitter.com/Benjaminebel , qui est un producteur/manager allemand.

Il a récemment posté, le 16 janvier dernier, l'image suivante:

"15 chances de changer un ennemi en ami"

Cela m'a fait interpellée, car les communiquants ont ici transformé la valeur des chewing-gums; la valeur sémantique a régulièrement glissé depuis la création de ces pâtes à mâcher.

A une époque, le chewing-gum servait à faire des bulles (oui, souvenez-vous de votre enfance/jeunesse, quand les chewing-gum étaient bleus/rose et faisaient des grosses bulles qui éclataient et nous recouvraient le visage!), puis nous sommes passés au chewing-gum qui a une utilité, qui est sain, en complément du brossage régulier des dents (le sourire freedent en pleine santé, blanc, et avec une bonne haleine). 

Et aujourd'hui, le glissement sémantique se poursuit avec la transformation du chewing-gum en véritable créateur de lien social, en drapeau blanc de l'armistice, qui réconcilie et renoue les relations interpersonnelles. 

Et c'est vrai que lors de mes cours, nous avons nous-même utilisé ce genre de technique de "smart marketing" dans des études de cas. 
Ce qui est intéressant dans cette technique, selon moi, c'est principalement le fait de prendre le public par surprise, de l'étonner

L'étonnement est ce qui permet au consommateur de se souvenir de manière positive ; en effet, ce sera un souvenir agréable,  qu'il prendra même peut-être plaisir à raconter à son entourage. 

Pour exemple, un ami à moi a croisé place de la Victoire, à Bordeaux, il y a quelques années, des personnes habillées de manière un peu particulière pour les nouveaux services d'une célèbre entreprise au logo jaune. Ces personnes proposaient gratuitement une photo avec les passants, qu'ils imprimaient et offraient sur place. 
Bien sûr, ces photos étaient aux couleurs de la société, et affichaient clairement le nouveau service en question qui était proposé.

Croyez-le ou non, mais cette photo repose encore aujourd'hui sur le meuble de la télévision de mon ami. Pourquoi
Car c'était drôle, inattendu, et puis c'était une photo de lui! Autant de bonnes raisons de garder ce souvenir, et de le laisser à la vue de ses invités et des personnes qui passent dans son salon.  Parfois, cette photo devient même vecteur de conversations, en évoquant le souvenir lorsque les invités interrogent leur hôte quant à l'origine de cet improbable photo.

Le fait qu'il y ait le logo de l'entreprise, et que ce soit un dérivé de publicité, presque une publicité subliminale, ne le dérange absolument pas. Pourtant, même inconsciemment, cela lui donne une bonne image de la marque. 

Ce qui est également intéressant dans cette petite histoire, est le fait que ce genre de street marketing n'a pourtant pas fait spécialement l'objet de marketing viral associé. 
Or aujourd'hui, de nombreuses marques parient énormément sur le marketing viral, en oubliant parfois que les gens ont tout de même besoin d'une partie de "vrai", de "réel". 

Ainsi une vidéo de marketing viral, même si elle est diffusée à un réseau d'ami/de connaissance, reste quelque part assez abstraite. Cela ne nous est pas arrivé, et ce n'est pas arrivé à nos connaissances, donc la tendance de relativiser, et de classer cela dans le "faux" est tentante
Sur le moment, on en rit, quelques instant plus tard, on oublie

Et là est toute la difficulté. Au final, ce qui aura plus d'impact, est de faire une action de street marketing surprenante (du type de ces chewing-gum ou de la photo), et d'attendre que ce soit le public qui la véhicule sur les réseaux sociaux, afin de donner à l'action une dimension "réelle", et surtout, du crédit

Bien sûr, l'entreprise a alors moins de contrôle, il est plus difficile de cerner les périodes de diffusions ou les cercles de diffusions. 
Mais n'est-ce pas également cela, le charme du smart marketing? Un virus se propageant de manière fulgurante, et quelque peu instable dans la société. 

A conseiller, mais uniquement à ceux qui l'osent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire